Chien et coronavirus : quels risques de contamination ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

En ces temps de crise sanitaire et de confinement des populations, l’angoisse de la contamination par le Covid-19 est dans tous les esprits. On ne se fait plus de bises, on ne se rencontre plus, on évite au maximum les lieux fréquentés comme les supermarchés ou les transports en commun et on commence à se méfier de tout. Les rumeurs sont nombreuses, et malheureusement elles n’épargnent pas nos amis à quatre pattes. Un peu partout, on observe une augmentation des abandons de chiens et d’animaux de compagnie en général. La raison ? La peur que ceux-ci ne puissent être vecteur de cette pandémie de coronavirus. Ainsi, beaucoup de gens préfèrent laisser leur compagnon sur le bord des routes plutôt que de voir leur famille contaminée.

Mais, outre le coté triste et horrible de ce genre de décision, y a-t-il de véritables raisons de s’inquiéter outre mesure lorsqu’on possède un chien à la maison ? Risque-t-on plus que quelqu’un d’autre de contracter le coronavirus ? En cette période de trouble planétaire, on a décidé de se pencher sur la question afin de tirer les choses au clair. Les chiens peuvent-ils attraper le Covid-19 ? Les chiens peuvent-ils transmettre le coronavirus ? Quels sont les gestes de protection à adopter ?

Les chiens peuvent-ils contracter le coronavirus ?

C’est la première question que l’on est en droit de se poser. Est-ce que, comme les humains, les chiens peuvent attraper le Covid-19 et donc devenir hautement contagieux ?

Un chien à Hong Kong testé positif au coronavirus

C’est la nouvelle qui a affolé bien des propriétaires de chiens et d’animaux de compagnie à travers le monde. En février dernier, à Hong Kong, un chien est mort. Le problème : ce toutou, un loulou de Poméranie, avait été testé positif au SARS-CoV-2 quelque temps auparavant. Si on s’arrête là, il y aurait bien des raisons de s’inquiéter, puisque si les chiens peuvent comme les humains être infectés par le coronavirus, alors ils peuvent aussi se révéler être de dangereux vecteurs.

Une nouvelle à prendre avec des pincettes

Mais que l’on ne s’affole pas trop vite tout de même car tout porte à croire que la mort du chien ne serait pas imputable au virus, et que le test pratiqué sur le toutou ne révèlerait pas de réelle contamination de ce dernier. En effet, il est d’abord important de rappeler que d’une part la propriétaire du chien était elle-même hautement atteinte par le virus et que d’autre part, le chien quant à lui ne s’est révélé, au dire des tests effectués, que « faiblement positif ».

 Ainsi, il faut rester très prudent face à ce genre de nouvelle, car l’animal aurait très bien pu seulement lécher ou manger quelque chose de contaminé (par sa maitresse), ce qui aurait eu comme effet de biaiser le test. Aussi, à l’heure actuelle, aucun élément n’a pu réellement établir un lien entre le virus et la mort du chien (qui avait quand même 17 ans, ce qui n’est pas tout jeune !). Il ne présentait par ailleurs pas de symptômes et son organisme ne montrait aucun signe de réponse immunitaire.

Les chiens à l’abri du coronavirus

Pour le moment, tout incite donc à penser que nos animaux de compagnie sont naturellement protégés du coronavirus. Pour bien comprendre ce point, un petit rappel sur le mode de contamination du virus s’impose. Pour se répliquer dans un organisme, le virus à besoin de pénétrer dans une cellule. Pour cela, il utilise des protéines : des sortes de « clefs » qui vont lui permettre de rentrer à l’intérieur des cellules d’un organisme spécifique. Cependant, ces « clefs » ne peuvent lui permettre d’infecter n’importe quel organisme. Or dans le cas du coronavirus, si les protéines se montrent très efficaces pour pénétrer dans les cellules humaines, toutes les observations menées en laboratoire ont pour le moment démontré qu’elles échouaient systématiquement à pénétrer les cellules des chiens. Bien sûr, des études scientifiques continuent d’avoir lieu à ce sujet, mais pour l’heure, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

Puis-je être contaminé par mon chien ?

Attention tout de même : dire que le chien ne contracte pas le virus ne revient pas forcément à dire qu’il ne peut pas être un vecteur de contamination. Comme le montre bien l’exemple du chien de Hong Kong, le virus, s’il ne se réplique pas dans l’organisme du chien, peut néanmoins être présent sur sa fourrure ou dans sa gueule. On sait que le coronavirus peut survivre et rester infectieux sur différentes surfaces pendant un certain temps et le corps des chiens ne fait pas exception !

Il se peut donc que, à l’occasion d’une promenade, un chien lèche une surface infectée ou se frotte à des objets contaminés et que le virus, se retrouvant ainsi sur son pelage, parvienne jusqu’à son maitre et le contamine. C’est pourquoi il faut être très prudent et adopter un certain nombre de gestes de protection.

Les bons gestes pour éviter toute contamination

Puisque, comme on vient de l’énoncer, les chiens peuvent dans certains cas représenter un risque de contamination, il faut en ces temps de crise adapter ses pratiques afin d’y insérer des gestes protecteurs. Avant de vous laisser, on vous en fait une petite liste !

  • Se laver les mains après chaque caresse ou contact avec le chien.
  • Toiletter son chien plus souvent.
  • Réduire la durée des promenades le temps du confinement.
  • Eviter les lieux très fréquentés pour les promenades.

Au cas ou il serait utile de le rappeler (bien que pour nous, cela tombe sous le sens) : n’abandonnez pas votre chien ! Au-delà du fait que cela soit triste et dramatique pour le toutou en question, c’est également dangereux dans le cadre d’une épidémie. Un chien abandonné dans la nature à en effet plus de chance de répandre le virus !

Nos autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *